Faites du vélo dans le Gard !

   

COMMUNIQUE

Oui, à l’unité du mouvement sportif en Occitanie, non aux statuts du C.R.O.S. qui discriminent et divisent nos Fédérations.

Le samedi 24 mars à Carcassonne, les représentant-e-s des Ligues et Comités Régionaux des Fédérations Sportives sont invité-e-s à participer à la création du Comité Régional Olympique et Sportif (C.R.O.S.) d’Occitanie.

Les scrutins qui interviendront lors de cette création se feront sur des règles de représentativité et de gouvernance du C.R.O.S. Occitanie imposées par le Comité National Olympique et Sportif Français (C.N.O.S.F.).

Ces règles remettent en cause le traitement à égalité de l’ensemble des Fédérations et risquent de mettre à mal la nécessaire unité du mouvement sportif en Occitanie.

En regard des statuts du C.R.O.S. Occitanie, lors des votes chaque fédération olympique aura d’office cinq (5) voix de plus que les fédérations non olympiques (fédérations nationales uni-sport, fédérations multi-sports et affinitaires, fédérations scolaires et universitaires, …).

Par ailleurs la majorité des postes au sein des instances de direction du C.R.O.S. Occitanie seront réservés aux fédérations olympiques. Au final les fédérations olympiques seront prépondérantes en nombre et les fédérations non-olympiques reléguées au rôle de faire-valoir !

Pour rappel, le C.N.O.S.F. est né de la fusion, en 1972, du Conseil National des Sports (C.N.S.) et du Conseil National Olympique (C.N.O). L’enjeu était alors l’unité du mouvement sportif.

Aujourd’hui, ce besoin, d’unité conserve toute son acuité. Force est de constater que les dispositions statutaires du C.R.O.S Occitanie vont à l’encontre de ce besoin.

L’Assemblée Générale du Comité Régional Occitanie de la Fédération Sportive et Gymnique du Travail (F.S.G.T.) réunie le samedi 10 mars 2018 à CUQ-TOULZA (81) s’est prononcé pour un maintien des principes d’égalité entre toutes les fédérations, sans lesquels la pluralité sportive n’est plus respectée et l’unité du mouvement sportif n’est plus garantie.

La F.S.G.T. considère que la perspective des Jeux Olympiques 2024 à Paris et en France devrait conduire le mouvement sportif à s’unir autour des valeurs de solidarité active et de fidélité aux idéaux olympiques plutôt que de tenter par le biais de « statuts imposés » de mettre en place une INEGALITE institutionnelle de fait entre les différentes composantes du sport français.

Le Comité régional FSGT "Occitanie"